Assemblée Populaire de Touraine

Mardi et Jeudi 19h, pl Anatole France – Tours

Assemblée populaire

contact : assembleepopulairetourangelle(at)gmail(point)com

Affiche de l’assemblée populaire de Tours
A imprimer chez toi et à afficher partout où tu peux !

(sur tes fenêtres, ton vélo, à ton travail, chez ton boulanger…)

Indignés tours, indignés Tours, Indignés 37, Indignés Indre et Loire, Indignés tourangeaux, Indigné tours, Indignés Anatole France, Indignés Tours, Indignés, INDIGNES TOURS, indignes tours, marche indignés tours, marcheurs indignés à Tours, Indignés touraine, marche des indignés à tours

Publicités

22/09/11 : Assemblée populaire, qu’est-ce qu’on veut faire?

Nous étions huit chez Omar, au Serpent Volant, pour nous retrouver depuis l’assemblée populaire de mardi dernier. Rendez-vous au premier étage du dit bar cette fois-ci, autour d’un verre, détendus, camarades et néanmoins compagnons

Malgré l’arrivée de l’automne et une impression de passage à vide autour des indignés, un petit vent d’effervescence était là, sur le théâtre-débat prévu le 9 octobre à 15 heures au jardin de la préfecture. Plusieurs d’entre nous vont y jouer. Superbes affiches et tracts, franchement bien ! Une question dessus : « le problème c’est que le front national soit au pouvoir ou que ses idées y soient déjà ? ». Cerise sur le gâteau, Mathieu nous présente sa boîte à tracts, accessoire dernier cri du parfait militant !

Mais l’heure est au bilan du mouvement des indignés tourangeaux, voici ce qui s’est dit :

Constat de départ :

Depuis juillet, le nombre des participants aux assemblées populaires s’est réduit à une dizaine. Un groupe s’est formé, a atteint un certain niveau de maturité et d’autonomie dans ses réflexions et ses actions.  Ouvert à l’extérieur, il a appelé à participer, en s’articulant avec les autres mouvements et en diffusant les comptes rendus d’assemblées et d’actions.

Mais il y a un problème, le mouvement sur Tours n’est pas suivi, et nous nous retrouvons avec les mêmes, l’étendue de nos actions et la mobilisation souhaitée se trouvant ainsi limitées.

Questions posées :

  • Le terme « Assemblée populaire » commence-t-il à devenir obsolète ?
  • S’agirait-il de se retrouver dans d’autres circonstances ?
  • Qu’est-ce qu’on veut faire ?
  • Le mouvement prendrait-il une autre forme, laquelle ?
  • Comment partage-ton nos actions, comment articuler global et local et trouver du sens ? Qu’est-ce qu’on fait une fois qu’on a donné du sens ? Une fois qu’on lance une action ?

Réflexions apportées :

–          Ca s’émousse

Il y a un assoupissement des réactions malgré les tensions créées par la crise actuelle, mais ça peut reprendre, et il est nécessaire d’occuper l’espace public, d’être dans l’action politique.

Le constat du mouvement des indignés sur Tours se voit ailleurs aussi, le camp anti Llopsi a moussé aussi, le phénomène n’appartient pas qu’à Tours.

Malgré tout, d’autres réseaux continuent à agir, comme Vélorution, qui mène actuellement des actions en autonomie sur septembre octobre.

–          Local VS Global

Dans les difficultés du maintien du mouvement des indignés sur Tours, il y aurait sans doute une rupture entre des positions globales VS locales.  Ceux se situant dans une perspective plus globale, menant des actions de sensibilisations sur des thèmes généraux et ceux d’une orientation plus concrète, s’inscrivant sur les difficultés vécues localement, comme les problèmes de logement sur Tours, notamment. Comment articuler les différentes positions ? il serait nécessaire de ne pas tomber dans un mépris réciproque, mais de continuer à créer des moyens d’expression et de convergence, comme l’idée d’un journal, par exemple.

–          Analyses globales  :

On est dans une situation où ça va craquer, les institutions sont en crise de légitimité, la Grèce est tombée, l’Italie vient de tomber, et en France on patienterait jusqu’aux élections.

En Espagne, la répartition des classes a fonctionné, puis après la crise de la classe moyenne, le schéma de répartition a moins bien fonctionné. Le mouvement des indignés se fissure lui-même, mais il y a malgré tout des portes à ouvrir.

En Grèce, une mesure absurde a été votée, 30 000 fonctionnaires voient leur poste supprimé et ils vont devoir chercher du travail dans la fonction publique, sans quoi ils seront virés s’ils ne trouvent pas dans un an. Les gens vont être imposables à partir de 700 € par mois. Le système par ses mesures absurdes signe sa fin de règne.

Ce dont discute les gens, c’est de la situation, il y a une lucidité, mais qui peut desservir et tomber dans la résignation. Le système tape dans le ventre des gens tant qu’il est mou. Il existe des procédés de Police qui prévoient les réactions suite à des premières interventions, et qui les renforcent encore plus brutalement par la suite.

Orientations :

La situation serait génératrice de dérives sécuritaires importantes, et face à cela, il faut absolument dire, réfléchir autrement, avec un mode de communication, de partage, qui suscite une mobilisation.

Concernant la façon dont les immigrés sont traités en France, comme dans d’autres pays d’Europe, cela pourrait nous faire poser la question d’un nouvel internationalisme, pour ouvrir davantage les frontières sur la base d’une unité et solidarité internationale.

Voir en parallèle de nos envies d’agir sur le logement quelque chose sur la culture au sens large du terme. Il s’agirait d’éviter de faire un énième groupe militant, mais bien d’ouvrir des champs et voir quelles incidences ça pourrait avoir sur la ville.

Partir du concret et interroger ce qu’il y a à faire, proposer des actions politiques, cela permettrait de réduire la peur du vide chez les gens (que peut-on faire d’autres que d’accepter ce que l’on nous propose ?) et de ne pas se résigner. Idée d’action : réfléchir sur la relation entre le FN et la Police. Politique à Tours : pas de vagues

C’est pas le nombre qu’il va falloir chercher, c’est une situation concrète sur laquelle s’appuyer avec des objectifs d’action politique. Il s’agirait aussi de transformer les différents réseaux en actions politiques.

Propositions concrètes :

–          Faire un journal :

Un journal, qui traiterait des thèmes concrets, le logement, les arbres, les suppressions d’agences de pôle emploi sur Tours centre…  Ces thèmes seraient reliés à une réflexion plus globale sur le système en place.

Et d’autres articles partant de thèmes plus globaux, économiques, sociaux, tels que le sort actuel des sans papiers, etc…

Si nous faisons un journal, cela coûte de l’argent et du temps. Mais on peut en faire un par an, et on aurait du temps, c’est un boulot conséquent, mais il y a aussi d’autres formes d’expression, radio, projection dans la rue…

Se fixer des objectifs à partir des situations que nous vivons, et puis qu’écrit-on ? A qui s’adresse-t-on ? Un discours qui s’adresse à la masse, ça n’est pas la même chose que de partir de sujets vécus concrètement sur Tours. S’adresser à la masse ne serait pas le but.

Il s’agirait de construire un outil, comme un journal, une émission de radio pour réfléchir, se projeter dans l’avenir.

Un journal, cela apporterait plusieurs choses :

  • A titre personnel : réfléchir, avec d’autres, construire un objet, et le faire vivre
  • Au niveau politique : apporter des éclairages, des perspectives, des champs d’action à ouvrir…

–          Agir sur le logement :

Il serait nécessaire d’articuler des problèmes de niveau national, européen, comme les problèmes de logement et de le faire résonner sur Tours. A rendre vivant en faisant des débats, sur ce que vivent concrètement les gens, comment les personnes ont vécu l’abattage des arbres…  Avec ces matériaux là, voir ce que nous sommes capables de proposer.

La question serait de ne plus aller à Anatole France, mais à Sanitas, pour partager avec les gens sur leurs problèmes de logement notamment.

Attention si on prend le risque d’aller avec les gens, c’est de s’impliquer, d’agir avec eux devant l’OPAC, la mairie, etc. Cela pose la question de ce que chacun on veut faire, jusqu’où aller dans une action politique.

Attention à ne pas tenir un rôle de sauveur, de quelqu’un qui veut aider, mais d’être là au moment où ce qui est dénoncé se manifeste, et d’apporter un éclairage pour comprendre que c’est un problème, d’amener à voir que l’on ait le jouet d’un système politique qui veut cette situation là. Ca devient de la révolte, et après la question est de savoir comment transformer les amener à transformer leur révolte en révolution.

Pour beaucoup de gens au Sanitas, par exemple, face aux menaces d’expulsions, et à la pauvreté, l’espoir est de passer entre les gouttes, ils ne pensent pas que l’expulsion soit possible. Ce qui les anime, c’est leur survie, ils s’appuient sur les minimas,  pour espérer tenir, et l’Etat les conforte dans une position d’asservissement face à ces minimas, il s’agit d’un système pervers.

Une comparaison osée : dans la communauté juive dans les années 40, il y a eu des notables juifs qui ont participé au fichage eux-mêmes, en se disant l’Etat nous protégera toujours…

Si on remet en question la propriété privée, pour aller plus loin, il serait nécessaire d’aller sur des questions de gratuité du logement, comment on gère les parties communes, etc.

Sanitas on a déjà des jalons (DAL, Vélorution…) on pourrait répertorier les apparts vides, on communique avec le DAL. On pourrait aussi alerter les autres voisins lorsqu’il y a des expulsions, pour créer une solidarité. Un réseau d’échanges réciproques de savoirs se créerait sur Tours, ce serait également l’occasion de partager dans ce réseau sur l’expulsion, le droit au logement…

–          Une cantine révolutionnaire

Pour faire converger des forces, il faudrait construire un espace où on peut associer des envies d’action, de réflexion, d’ouvrir un lieu militant et partager notamment autour d’un certain plaisir : la bouffe. Ouvrir une cantine révolutionnaire, reprendre la notion d’auberge (au sens historique du mot : une table unique, un plat unique, tu manges ce qu’on te propose, avec des gens que tu connais pas, avec débats, concerts, dans un quartier.)

Prochaine fois, lundi 26 septembre au Serpent Volant à 19h30 :

Investigation des logements vides à Sanitas

Réfléchir sur des thèmes autour du logement

Commencer à mettre en commun autour de l’idée d’un journal

Préparer une action autour de la manifestation internationale le 15 octobre et le forum social des marcheurs devant Bruxelles le 8 octobre.

Accueil des marcheurs madrilènes jeudi 8 septembre

Pour ce CR, je ne serais ni fidèle ni complet dans les propos tenus, pris que j’étais par l’événement et à profiter du monde, de la fête et de l’énergie collective « Basta Ya »!

CHANGEMENT DE PROGRAMME!!

Les marcheurs madrilènes sont arrivés depuis 12h30 et sont installés au bd Béranger, en face du palais de justice. L’assemblée populaire se tiendra là à 19h, suivie d’un banquet. Je dis « Madrilènes » mais il y a des gens de Bayonne, Bordeaux, etc.

La police arrive, autorise le campement jusqu’à 21 heures, puis finalement lâche l’affaire.

La ronde s’installe, les madrilènes commencent en annonçant les règles de l’assemblée populaire, l’origine des indignados et ce qu’ils veulent faire à Bruxelles. Ils veulent le 8 octobre montrer et proposer leurs initiatives au parlement bruxellois, mais qu’ils soient d’accord ou non, ils agiront pour une démocratie réelle et autonome. Ils sont ainsi curieux de nos actions sur Tours.

Nous leur parlons de nos actions sur le thème du logement, de nos écrits sur la démocratie réelle, de nos actions avec les déboulonneurs, avec Les Arbres, la Banque de France, les porteurs de parole, etc. Quoi qu’il en soit le mouvement est moindre qu’en Espagne, mais après les élections présidentielles ça risque de bouger.

Une question nous est posée par un madrilène sur Tours « l’eau appartient-elles à des sociétés privées? » ==> réponse de Matthieu : A tours, il y a encore une régie publique, en revanche, à Saint-Pierre-des-Corps, comme beaucoup de villes en France, oui c’est une société privée, en l’occurrence Veolia qui gère l’eau, la mairie possède le réseau, Veolia est chargé de la distribution et de la facturation.

Le thème de l’Assemblée populaire démarre sur la question suivante : « quels outils pour une démocratie réelle? ». Ci-dessous quelques réponses  :

– Par les actions locales, notamment face à la demande de réquisition des logements, un choix de société se pose : sommes-nous pour la propriété privée, et à ce moment là on laisse les gens sans toit crever dehors, ou alors on remet en question la propriété privée.

– Par une refonte des rapports sociaux, en se posant la question de la production : qu’est-ce qu’on produit, qui le produit et comment on le produit? Pour le moment, les capitalistes nous donnent les réponses par rapport ça et en font du profit, avec de l’argent dont ils ne savent quoi faire.

– Par une communication et un partage de l’information sur Internet : takethesquare, anonymous, twitter, facebook, youtube…

– Par une critique des mots utilisés par les médias et la politique et la façon dont ils nous endorment sur les vrais problèmes : dire « bouclier fiscal » plutôt que « protection des riches », dire « précaire » plutôt que « exploité », dire « Plan de sauvegarde de l’emploi » plutôt que « licenciement collectif », etc…

– Et encore plein d’autres trucs intéressants, que je vous propose de compléter.

Ils sont repartis vers 8 – 9 heures avec des indignés tourangeaux pour les accompagner à pied et en voiture.

Et enfin, des images de notre présence d’indignés!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Passages à Tours de marches d’indignés

ILS N’ONT PLUS D’IMAGINATION
A NOUS DE JOUER !

Déjà dans plusieurs pays d’Europe, des milliers de personnes disent stop ! Vous nous emmenez droit dans le mur. Votre système démocratique ne nous représente pas.
EN 2002 ON NOUS A DIT D’ATTENDRE 2007, EN 2007 D’ATTENDRE 2012,
ET EN 2012 ON ATTENDRA QUOI ? N’ATTENDONS PLUS !
A Tours, comme dans d’autres villes de France plusieurs personnes se réunissent régulièrement pour aussi imaginer une autre démocratie, où chacun, chacune puisse s’exprimer, que sa parole, son imagination soient prises en compte, comme toutes les autres.
A Tours, durant ce mois de septembre, nous accueillerons l’Occitanie, la Castille, la Catalogne. L’ouverture des frontières passe aussi par ces rencontres.
Mais toutes ces discussions doivent résonner concrètement ici et maintenant pour que la démocratie directe se vive et, à travers les luttes quotidiennes, se matérialise.
Ainsi, on s’est solidarisé avec des familles d’origine étrangère qui étaient jetées à la rue. Avec d’autres, nous avons pu imposer qu’elles soient hébergées.
Les 2 et 3 septembre les marcheurs de Toulouse passeront à Tours. Ce sera l’occasion de se rencontrer, de discuter, d’échanger lors de deux assemblées populaires. Nous appelons les indignés de tout bord et de tous poils à se joindre à nous pour accueillir cette première vague de marcheurs. Que leur halte nous permette de discuter, d’échanger et de grossir leurs rangs.

VENDREDI 2 SEPTEMBRE A 19 H ASSEMBLEE POPULAIRE
PLACE ANATOLE FRANCE
SAMEDI 3 SEPTEMBRE A 19 H ASSEMBLEE POPULAIRE
PLACE ANATOLE FRANCE
ELLE SERA SUIVIE D’UN BANQUET PLACE ANATOLE FRANCE
assembleepopulairetourangelle@gmail.com

je bouge, tu bouges, il ou elle bouge…

Salut,

Pour faire écho au mail de Murielle, il me semble important de revenir sur les prochains rendez vous.

Les marcheurs passeront normalement à Tours, ce sera donc l’occasion de se retrouver, place A.France, nombreux !

Bien sur les vacances ont éparpillé les indignés de juin mais ils existent encore aujourd’hui !

Nos têtes gouvernantes sont elles restées en ordre de bataille,  projetant encore plus de mesures anti sociales, attirant plus notre regard sur la « crise » pour faire peur et pour justifier leur politique injuste et bâclée, montrant du doigt les « bénéficiaires » d’aides comme les cancers d’une société, et convaincus comme Cameron, après les émeutes en Angleterre, que ce n’est pas la misère qui est à l’origine de la violence mais bien le manque d’éducation.

Je crois que leur force est de nous faire croire, et ils sont fortement épaulés dans ce sens par leurs laquais, les médias, qu’ils sont les seuls sur qui se reposer pour résoudre des problèmes qu’ils résument à de simples soucis mathématiques, des plus (de taxes, de déficits budgétaires, de lois touchants à la liberté de tous) et des moins (de fonctionnaires, d’aides aux personnes, de qualités dans les services publics gratuits).

Je constate qu’ils veulent s’imposer comme des spécialistes et nous éloigner encore plus de leurs décisions en nous faisant croire que la politique n’est pas une chose que tout le monde peut faire car trop complexe pour les « petits gens ». Nous laissant comme seul moyen de protestation les urnes et un catalogue des partis d’oppositions. Et qu’est ce que je vois dans ce catalogue automne-hiver 2011 ? Un joli ensemble rose en solde et une grande promo sur le bleu marine !

Moi je leur dit qu’ils aillent se faire foutre !

Mais alors je fais quoi ? J’attends le mot d’ordre des leaders syndicaux pour défiler sagement et pour qu’ils me guident, une fois par mois, derrière leurs cortèges de  bannières et de slogans toujours trop timides ?

Et puis d’ailleurs ces organisateurs d’ouvriers défilants en rond veulent t’ils réellement un changement de fond dans un cirque ou ils ont eux aussi leur numéro à jouer ?

Bon alors, j’attends gentiment 2012 comme un môme attend noël ?

Pour ma part je n’espère pas grand chose de la hotte du père ou de la mère noël 2012 et de sa campagne électorale qui, pour moi, ne changeront rien.

Les prétendant au trône se battront à coup de slogan cuisinés comme de bonnes pubs, ils promettront encore plus pour nous baiser encore plus profond et ou on nous rabâchera que le travail est une valeur sacré (d’ailleurs plus il devient sacré moins bien il est payé !). On nous répétera bien sur que la santé de l’industrie c’est la santé du pays et que la croissance économique est le seul remède pour sauvegarder notre triple A si chère aux banquiers et autres boursicoteurs.

 

Je suis cependant certain que c’est à nous de reprendre l’espace public pour y aménager des moments de partages, d’échanges et de dialogues  afin que tout ceci débouche sur des actions qui ne valent pas grand-chose aux yeux de certains mais qui nous ressemblent dans ce que nous sommes et qui marquent notre refus d’être guidés comme de gentils et paisibles bestiaux emmenés à la pâture.

(Bon là c’est vrai, ça fait un peu joyeuse communauté ou tout le monde vie en harmonie et ou les oiseaux se posent sur nos épaules car on respire la gentillesse, mais je compte sur vous pour que parfois on ne soit pas d’accord sur tout et qu’on se prenne aussi la tête !).

Réagissons et emparons nous des problèmes qui touchent nos proches parfois mais aussi ceux que nous pouvons croiser au quotidien, les mal logés (souvent pas logés du tout !), les sans papiers traqués pour atteindre des objectifs chiffrés, les victimes de violences policières qui touchent toujours les mêmes « populations », ceux qui sont agressés par les fafs, bref les gens qui ont déjà les pieds dans la merde !

Ne comptons pas sur les autres sans bouger, n’espérons pas passer entre les gouttes, ne soyons pas convaincus en retard qu’il y a quelque chose à faire pour que ça change.

Invitons nous dans le débat et soyons le caillou dans la godasse qui fait chier, interpellons les gens pour qu’ils prennent conscience qu’ils ont leurs « maux » à dirent, marquons fortement notre indignation !

Bien amicalement et surement avec des fautes,

Ludo.

 

Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

(Article 35 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1793. Plus de trace de cet article dans la déclaration de 1948…)

 

Tours : les 5 familles sont hébergées par la mairie

Le rassemblement appelé aujourd’hui dans la cour de la mairie de Tours a porté ses fruits. Les familles qui étaient à la rue sont hébergées jusqu’au mardi 30 aout par la mairie de Tours. Ce n’est qu’une solution provisoire mais qui permet à ces hommes, ces femmes et ces enfants d’avoir un peu de répit. Mais la précarité de leur situation n’est toujours pas acceptable. La mairie, lors des négociations, s’est engagée à essayer de trouver des solutions plus durables en essayant d’impliquer les autres collectivités territoriales.
Notre vigilance est toujours nécessaire. C’est par notre mobilisation que nous obtiendrons que ces familles puissent vivre dignement.
Tours, le 26/08/2011

Tours : DES FAMILLES A LA RUE,RASSEMBLEMENT A LA MAIRIE DE TOURS

DES FAMILLES A LA RUE
RASSEMBLEMENT A LA MAIRIE DE TOURS
Le 2 aout plusieurs associations, collectifs, syndicats et organisations politiques (SOIF D’UTOPIES  DAL 37  LDH 37  SUD SANTE SOCIAUX 37 section CGT de l’EAO  RESF 37  ATTAC 37  section SUD de l’EAO ALTERNATIVE LIBERTAIRE 37  CHRETIENS MIGRANTS  section FSU de l’EAO RESF Joué lès Tours) avaient signé un texte pour exiger que le Conseil Général d’Indre et Loire assume ses obligations. La loi prévoit que l’Aide Sociale à l’Enfance, qui est sous la tutelle du Conseil Général, est dans l’obligation d’héberger les familles ayant au moins un enfant de moins de 3 ans lorsque celles-ci restent à la rue. L’ensemble des signataires avaient pris l’engagement d’accompagner les familles dans les locaux de l’ASE jusqu’à ce qu’une solution concrète et durable leur soit proposée.
Manifestement, les responsables du Conseil Général ont entendu cet appel. Depuis le 2 aout, nous ne connaissons pas de familles ayant au moins un enfant de 3 ans à la rue. L’ASE les héberge.
Par contre, il n’en va pas de même pour d’autres, n’ayant pas d’enfant de moins de 3 ans. Ainsi 5 familles  »dorment » ce soir sur les trottoirs de Tours, dont une femme enceinte de 3 mois ! C’est intolérable ! La politique qui consiste à déshabiller Paul pou habiller Jacques n’est pas acceptable. Il est impératif que ces 5 familles puissent avoir un toit et subvenir à leurs besoins fondamentaux. Il n’est pas pensable que la municipalité de Tours puissent laisser des hommes, des femmes et des enfants à la rue.
Nous appelons à un rassemblement VENDREDI 26 AOUT A 14 H DANS LA COUR DE LA MAIRIE pour exiger que les élus municipaux trouvent immédiatement des solutions concrètes et durables. Les familles seront présentes à ce rassemblement.
Tours, le 25 aout 2011
LES INDIGNES DE TOURS

Marche pour Bruxelles – la ville vous accueille tous « Real Democracy now »

Assemblée populaire du 16 août 2011

A 6 ce soir, une discussion à bâtons rompus s’est ouverte :

– Organisation des marches :

Après avoir contacté les marcheurs, Muriel nous informe des itinéraires en cours. Pour le moment, l’idée d’une jonction entre les marcheurs espagnols et de Toulouse reste encore en discussion, nous attendons donc leur décision et déclencher les actions prévues (cf CR précédent).

– Porteur de paroles et cartes postales :

Pour le jour d’arrivée des marcheurs, il a été proposé d’utiliser les images et des cartes postales pour le porteur de paroles. Cela pourrait être plus accessible et peut-être plus riche, plus surprenant, d’amener les gens à choisir les images pour dire ce qui les indigne, ce qu’ils ne veulent plus, ce qu’ils veulent… et de les accompagner par des mots, aussi.

Nous invitons les indignés qui le souhaitent à se constituer une série d’images qui les interpellent, les chercher sur google images, flickr, ou autres sites de ce genre ou des sites militants et les envoyer à assembleepopulairetourangelle@gmail.com.

Avec toutes ces images, les gens pourraient faire des cartes postales qu’ils pourraient laisser aux marcheurs pour passer un message d’indignation  jusqu’à Bruxelles aux « tout puissants ».

Ci-dessous, quelques idées pour vous inspirer :

Tract anti-fa

Il a été décidé de reprendre un tractage antifa sur Tours jeudi prochain, après l’assemblée populaire (pour en savoir plus sur le tractage antifa, voir le CR du mois de juillet)

Logement

Nous n’arrivons pas pour le moment à rencontrer les familles  sans toit, souhaitant exiger avec nous un logement au Conseil Général ( cf CR 2 août et les articles dans « un logement pour tous »). Plusieurs décisions ont été prises :

– solliciter les signataires du communiqué pour leur demander de nous aider à rencontrer les familles

– rencontrer les personnes qui viennent le mardi et le jeudi à 14h chercher leur courrier à la Croix Rouge

– Tracter en septembre devant les écoles d’éducateurs et d’assistantes sociales (Croix Rouge, ITS) pour sensibiliser et mobiliser les étudiants

Rédaction de textes de fond (pour ne pas dire « manifeste »)

Il y aurait à poursuivre cette idée inachevée pour l’arrivée des marcheurs : la rédaction de textes expliquant la démarche des indignés sur Tours, ce qui s’est dit sur les différents thèmes, rajouter écrits et réflexions, poser des questions amenant à réfléchir (pour ceux qui veulent participer, voir ici et ). La priorité serait à donner au logement, au vu de nos préoccupations actuelles.

Indépendance des indignés quant aux partis

Lors des échanges, il a été question de l’indépendance des indignés quant aux partis politiques, d’où l’importance de s’engager individuellement dans le mouvement et ne pas trop vouloir structurer ce mouvement à l’image d’un parti.

Banderoles

Les banderoles sont à nettoyer, depuis leur séjour à la guinguette. Soufiane se propose et fait appel aux volontaires.

Voilà pour aujourd’hui… Réunion jeudi prochain, Indignés tours, indignés Tours, Indignés 37, Indignés Indre et Loire, Indignés tourangeaux, Indigné tours, Indignés Anatole France, Indignés Tours, Indignés, INDIGNES TOURS, indignes tours, marche indignés tours, marcheurs indignés à Tours, Indignés touraine, marche des indignés à tours

Compte rendu de l’assemblée populaire du 11 août – préparation accueil de la marche des indignés sur Tours

Nous étions 9 ce jeudi, et plusieurs points ont été abordés  :

  • Accueil surprise du PS place Anatole France
  • Infos sur la marche des indignés passant par Tours
  • Organisation de l’accueil des marcheurs
  • Préparer la rentrée

Accueil surprise du PS place Anatole France

7 co-indignés ont participé à cette action de leur propre initiative et nous ont fait le récit de leur « accueil surprise » (avec les photos de Gilles ) :

Ce jeudi à 11 heures, la Caravane des Primaires du PS et du Mouvement des Jeunes Socialistes a fait étape place Anatole France à Tours, proposant un « véritable lieu d’échange et d’information (…) à la rencontre des citoyens », pour « rappeler dans un climat convivial que tous les Français pourront voter aux Primaires citoyennes les 9 et 16 octobre prochains » (site internet de PS37).

Muriel, Sophie, Adeline, Annie, Sofiane, Gilles et Louis se sont pointés à l’appel pour rappeler dans un climat d’indignés à ceux qui veulent représenter le peuple le sort destiné aux plus démunis dans une mairie PS (cf communiqué du 3  août).

Quelques dialogues ont été entamés : « ah vous êtes de la DAL ? » « non c’est le DAL, la dalle c’est aussi un autre problème que celui du toit, mais non nous ne sommes pas du DAL », le reste de la rencontre s’est passée dans un « léger » froid et indifférence du PS.

 

Infos sur la marche des indignés passant par Tours

Sur la route entre l’Espagne et Bruxelles, Tours a été choisie pour la convergence de plusieurs marches des Indignés et des indignados espagnols le 2 septembre.

Muriel, après avoir contacté un des marcheurs, nous a rapporté les infos suivantes :

Les indignés de la marche de Toulouse à Bruxelles seraient entre 10 et 20. Ils souhaitent une jonction à Tours avec la marche des espagnols partis depuis Madrid le 26 juillet. Si cela se fait, ils seraient environ une centaine sur Tours !!! Nous aurons plus d’infos sur la possible jonction mardi prochain.

L’arrivée sur Tours se ferait entre 18h30 et 20h, ils veulent faire avec les indignés tourangeaux une assemblée populaire. Et pour l’aspect pratique, ils aimeraient profiter d’une bonne douche !

Pour la suite, la marche irait jusqu’à Paris le 17 septembre,  pour un forum social lors d’un camp à Rambouillet pendant 3 jours, connecté avec plusieurs pays par skype (l’arrivée sur Bruxelles est prévue le 8 octobre). Les indignés allemands sont prêts (partent plus tard car plus proches) et les indignés italiens s’organisent.

Les sites qui permettent de suivre les différentes marches qui s’organisent :

http://roadtobrussels.blogspot.com

http://www.marche-paris.fr/

http://www.unefois.be/portail/groups/la-grande-marche/home/

http://www.democraciarealya.es

 

Accueil des marcheurs

L’arrivée de la marche des indignés sur Tours arrive à point nommé, plusieurs événements soutiendront le mouvement : vélorution, débattons dans les rues, le DAL… au moment de la rentrée, où nous nous espérons nombreux !

Concernant l’hébergement des marcheurs, si la marche de Madrid rejoint celle de Toulouse un campement serait à prévoir, sinon cela pourrait s’organiser chez l’habitant.

L’idée d’une plus longue halte de deux nuits sur Tours a été émise, et également de proposer plusieurs actions sur ce WE avec les indignés tourangeaux.

Des actions ont été prévues et un « qui fait quoi » a été commencé :

Entretenir les contacts avec les réseaux des marches d’indignés  (Muriel, Adrien) :

  • Tisser des liens directs de ville à ville
  • S’inscrire sur les mailings list des réseaux de marches vers Bruxelles
  • Echanges d’infos et d’outils
  • Voir sur les étapes avant Tours si contacts intéressants car il est possible de leur proposer une modification d’itinéraire (avec des chemins de rando, par ex)

Organiser la communication sur Tours (Muriel, Annie, Adeline, Sophie) :

  • Conférence de presse, contacts avec les medias (Radio Béton, télé, presse, internet)
  • Tracts, affiches sur l’événement
  • Banderoles
  • Se coordonner avec les collectifs sur Tours (vélorution, débattons dans les rues, DAL…)

Préparer les assemblées populaires et les événements autour (Elisabeth, Thomas, Adrien, Fabrice) :

  • Préparer un porteur de parole
  • Poursuivre sur le logement
  • Avancer sur le manifeste
  • Remettre à jour les pancartes, banderoles autour de la place et à l’extérieur
  • Autres trucs sympas à définir (un bal des indignés, une projection de film…)

Gérer l’intendance :

  • Choisir un lieu de campement, se procurer des tentes
  • Accompagner les marcheurs d’Amboise à Tours (Adrien)
  • Organiser un banquet
  • Prévoir les douches
  • Faire gaffe à l’environnement, poubelles

Préparer la rentrée

A partir de l’arrivée des marches d’indignés sur Tours, il a été décidé de s’appuyer sur cet événement pour mobiliser l’indignation tourangelle, et reprendre des assemblées populaires tous les soirs.

Plusieurs idées ont été émises :

Le constat a été fait d’un manque de suivi des actions prévues lors des assemblées populaires de juin. D’où la nécessité de susciter plus d’implication, d’organisation, d’énergie, et prévoir des actions simples, spontanées, à programmer. Il reste une liste importante d’actions à engager, telles que faire une carte des vidéosurveillances, proposer des assemblées populaires dans d’autres quartiers, préparer des actions contre l’emprise de la dette, monter des vidéos…

Souhait de voir les actions des indignés comme appui, soutien avec d’autres collectifs.

Souhait de favoriser la liberté de choix, l’autonomie, la responsabilité dans les assemblées populaires, en s’engageant en son nom, d’inviter à dire « je » plutôt que « on », en me demandant ce que je peux agir avec les autres.

Pas si facile les assemblées populaires dans les quartiers, nécessite un travail de longue haleine, s’appuyer sur les événements concrets qu’ils vivent (tels que les arbres avec vélorution), les accompagner, sinon on peut agrandir leur sentiment d’impuissance…

Souhait également de communiquer avec les gens, d’échanger, de favoriser les prises de conscience sur l’emprise d’une économie mondialisée sur nos vies.